le trac


A quelques jours de la sortie « publique » de Carthage, j’ai le trac…


Je n’en suis pourtant pas à ma première aventure entrepreneuriale. Après avoir accompagné le développement de la maison Laure de Sagazan pendant 7 ans, je sais à quoi m’attendre, je n’idéalise ni ne minimise les joies et les peines de cette entreprise, et … je ne peux m’en passer.


Seulement voilà. Carthage, c’est moi. Pas le « moi social », qui derrière un nom de marque a la distance nécessaire pour dire ou faire quoi que ce soit.
Carthage est le résultat d’un long cheminement personnel vers la connaissance de moi. Au long de cette route, j’ai compris en effet à quel point la connaissance de soi est libératrice, et l’alignement à soi, source de grande fécondité et d’ouverture au monde.


J’ai ainsi appris à écouter ma soif de création, mon besoin de faire de mes mains, ma nécessité à être en lien, toujours, avec des personnes libres et honnêtes, mon insatiable curiosité envers les savoir-faire artisanaux, ma recherche de justesse en tout, et particulièrement dans mon rapport avec la Nature… et beaucoup d’autres choses.


Et l’idée de Carthage s’est imposée pour ne plus me quitter .


Une marque qui dit la rencontre, la liberté, la beauté. Une marque ouverte au monde, aux autres. Une marque sincère et simple, très simple. Une marque transparente, qui n’aura pas honte de dire ses imperfections et ses coups de blues.


Une marque qui s’exprimera d’abord à travers le bijou, vers lequel ma réflexion introspective m’a conduite et amenée à me former. Qui explorera sans doute d’autres univers, au gré des rencontres. Qui laissera la parole aussi aux femmes qui m’inspirent, par leur liberté, toujours. Des femmes sauvages d’aujourd’hui.


Tout n’est pas parfait, loin de là, mais cette fois je m’autorise à ce que ce ne le soit pas (grand grand changement pour moi, si vous saviez !). Je me répète ce refrain : petit pas par petit pas.


J’ajouterai une pierre chaque jour pour continuer à converger au maximum vers mes valeurs : Liberté, Sincérité, Unité.


A quelques jours de la sortie « publique » de Carthage, je suis surtout remplie de gratitude.

Gratitude envers tous ceux qui m’ont donné la confiance nécessaire pour arriver là. Les très nombreuses rencontres faites en cours de chemin (là aussi, l’un des grands fruits de liberté à travers la confiance retrouvée). Et celles et ceux qui m’ont fait confiance dès le début.


Je pense notamment à :
Valérie, qui par son accompagnement a été la pierre d’angle de ma « reconversion » ;
Greg, mon mari, qui a toujours eu confiance en mes talents et m’a poussé vers plus de liberté.
Aude et Philippe et toute l’équipe d’Artisans d’Avenir, dont l’engagement et les valeurs d’honnêteté, simplicité et transparence, ont beaucoup résonné en moi.
Celles qui m’ont suivie les yeux fermés, sans rien demander en retour : l’artiste et photographe Alice, la maquilleuse Agnès, l'artiste Camille, le couteau suisse Juliette, la comédienne Constance, la talentueuse graphiste Frédérique,
Les artisanes avec qui je travaille : Bertille, Leila, et de nombreux.e.s autres encore.


Et toutes mes premières clientes qui m’ont donné confiance pour continuer : Alice, Sophie, Annelise, Marine, Axelle, Sarah, Veronica, Natacha, Hélène, Laetitia, Maud, mes sœurs, belle-sœurs, et beaucoup d’autres !

 

Merci

-Mathilde-